Extrait d'un article d'A. de Lamartine et analyse

Extraits d'un article d'A. de Lamartine dans le conseiller du peuple, mars 1851 cité par F. L'Huiller, Lamartine en politique :
" Que doit au pays le président actuel de la République ? (...) d'accomplir son temps de magistrature et de remettre loyalement le pouvor aux mains su pays qui le lui a confié. Il le fera, nous n'en doutons pas.
Que doit la majorité de l'Assemblée Nationale aux masses de la nation(...)? de restituer prudemment et loyalement le suffrage universel, sincère et entier de 1848... Elle le fera avec patriotisme et prudence.
Que doit maintenant l'Assemblée Nationale au pays ? Elle lui odit de voter la révision (...)
Et quand l'Assemblée aura fait son devoir comme le président le sien, que devra le pays lui-même ? Il devra comme en 1848 voter avec la consience et la dignité de la force son Assemblée constituante et son pouvoir exécutif. Si l'Assemblée constituante peut être légalement convoquée à temps pour réviser la Constitution vanat le 4 mai 1852 et qu'elle déclare les présidents rééligibles(...) et si le président actuel a conservé l'estime et la confiance du pays, le peuple pourra le renommer pour une seconde période.
Si l'Assemblée constituante n'est pas convoquée à temps pour la révision, si la réégibilité (...) n'est pas admise(...) ou si le président actuel (...) n'a pas la majorité, il se retirera jusqu'à une candidature nouvelle et il emportera la belle gloire d'un magistrat républicain de son nom, la gloire de n'avoir trahi ni usurpé la République confiée témérairement peut-être à un pareil souvenir."




Dans l'extrait du conseiller du peuple, journal de A. de Lamartine, de mars 1851, ses confidences sont un constat sur la constitution et un état des leiux sur la République. Ce texte s'isncrit dans un contexte de volonté de révision de la constitution par les Bonapartistes, de fin de mandat pour le prince-président. Il écrit ce qu'il espère pour l'avenir de la République avec insistance et prudence. Louis Napoléon Bonaparte a été élu pour 4 ans et doit normalement rendre le pouvoir au peuple après son mandat. Mais tout ceci n'aura jamais lieu ; en réalité Louis Napoléon Banaparte réalise un coup d'état le 2 décembre 1851. Il prendra donc le pouvoir pendant 10 ans et deviendra Napoléon III, empereur en 1852.