La peine de mort dans l'Histoire

guillotine-copie-1.jpg 

Les Grecs dans l'Antiquité ne l'appliquaient que dans des cas très précis pour les crimes qui menaçaient la cité et ils distinguaient très nettement les homicides volontaires et involontaires. A Rome, la peine de mort a été peu à peu remplacée par les travaux forcés et par l'esclavage qui ont été jugés  préférables. Mais dans le monde romain, l'apparition du chirstianisme a été perçue comme « une menace intérieure » et fait réapparaitre la peine de mort.

 

Mais par la suite, au cours du Moyen-Age, les chrétiens eux mêmes la pratiqueront car elle est considérée comme « l'exercice anticipé du jugement divin ». Ces condamnations sont bien sûr réservées aux criminels laïcs tels que les assassins, voleurs, violeurs mais aussi aux coupables d'hérésie (sorciers, juifs, protestants...).

 

La peine de mort se justifie toujours par la « protection de la communauté ».
Elle fut pratiquée abusivement au XVIIIème siecle lors de la révolution française, surtout pendant le régime de la Terreur.

 

Elle n'a été pas abolie en France avant 1981 lors du mandat de Francois Mitterand.

 

De nos jours 105 pays ont aboli la peine de mort en droit ou en pratique dans le monde.