Le décret de l'abolition de l'esclavage : texte et analyse

Les origines du décret :
En 1794, la Convention abolit l'esclavage dans les colonies françaises.
En 1802, Napoléon rétablit l'esclavage dans ses colonies et tente de reconquérir St Domingue (en Haiti) où avait été fondée la première République noire.
Le Royaume-Uni interdit la traite à ses ressortissants et il crée une escadre navale pour lutter contre la traite en Afrique occidentale en 1807.
Un an plus tard, la Sierra Leone devient une colonie britanique.
En 1833, le Royaume-Uni abolit définitivement l'esclavage dans ses colonies, il prend en charge les indemnisations des propriétaires d'esclaves et l'apprentissage des esclaves pour s'intégrer dans la Société.
En 1847, les anciens esclaves américains installés au Libéria proclame une République indépendante.
C'est grâce à toutes les influences des autres pays et à l'influence de Victor Schoelcher que le Gouvernement provisoire écrit le 27 avril 1848 à Paris le décret de l'abolition définitive de l'esclavage. 


 "Le Gouvernement provisoire,
Considérant que l'esclavage est un attentat contre la dignité humaine ; qu'en détruisant le libre arbitre de l'homme, il supprime le principe naturel du droit et du devoir ; qu'il est une violation flagrante du dogme républicain : Liberté, Égalité, Fraternité.
Considérant que si des mesures effectives ne suivaient pas de très près la proclamation déjà faite du principe de l'abolition, il en pourrait résulter dans les colonies les plus déplorables désordres,
Décrète :
Art 1. L'esclavage sera entièrement aboli dans toutes les colonies et possessions françaises, deux mois après la promulgation du présent décret dans chacune d'elles. A partir de la promulgation du présent décret dans les colonies, tout châtiment corporel, toute vente de personnes non libres, seront absolument interdits.
Art 3. Les gouverneurs ou commissaires généraux de la République sont chargés d'appliquer l'ensemble des mesures propres à assurer la liberté à la Martinique, à la Guadeloupe et dépendances, à l'île de la Réunion, à la Guyane, au Sénégal et autres établissements français sur la côte occidentale d'Afrique, à l'île Mayotte et dépendances et en Algérie.
Art 5. L'Assemblée nationale réglera la quotité de l'indemnité qui devra être accordée aux colons.
Art 6. Les colonies, purifiées de la servitude, et les possessions de l'Inde seront représentées à l'Assemblée nationale. "
Fait à Paris, en Conseil du Gouvernement, le 27 avril 1848

Analyse :

C'est sous l'influence des actions des autres pays que le Gouvernement provisoire met ce decret en vigueur. Ce texte entrainera de nombreux changements constituants une grande avancée sur le point de vue de l'Humanité.

 

L'article 1 décrète que l'esclavage sera entièrement aboli dans les colonies et possessions françaises. De plus les châtiments corporels et la vente de personnes sont interdits.

 

L'article 3 donne aux gouvernements et commissaires généraux la charge d'appliquer toutes les mesures prisent pour assurer la liberté.

 

L'article 5 promet une indemnisation pour les maîtres d'esclaves.

 

L'article 6 assure que toutes les colonies et les possessions françaises serons représentées a l'Assemblée Nationale.